ALRENDO, le petit Diavel

Hier à l’occasion de la visite de Connor (responsable Europe de la marque) de Alrendo Motorcycles. nous avons pu voir et essayer la moto Alrendo TS Bravo dans une version de pré-production.

C’est une moto dont nous suivons le développement depuis un moment et nous sommes ravis d’avoir pu enfin la découvrir en vrai!!!

même si de petits changements interviendront dans sa livrée définitive :

Ce sera notamment le cas du bras oscillant qui, à défaut d’être taillé dans la masse comme sur notre moto d’essai, sera usiné dans un pièce de fonte d’aluminium comme c’est le cas sur bon nombre de motos de série. L’amortisseur arrière sera également amélioré pour plus de confort. Au niveau de l’esthétique, les inserts tubulaires sur les côtés seront rouges dans la version définitive. À noter que trois coloris de carénages seront disponibles : Bleu, gris et noir. 

La moto est assez massive, avec un faux air de Ducati Diavel, même si sur la balance elle affiche environ 20kg de moins qu’une zéro SR/F. Les finitions sont relativement bonnes, toujours en tenant compte que la machine est une pré-production. Nous avons été surpris en bien par le tableau de bord énorme TFT qui rend avec visibilité toutes les informations nécessaires. En revanche il n’y a pas de menu pour modifier les réglages ou effectuer un diagnostique. Une application sera néanmoins disponible pour communiquer avec la moto.

Nous avons été également agréablement surpris par la capacité annoncée de la batterie. Avec 16.6kWh ça augure d’une autonomie plus que correcte, surtout avec la motorisation raisonnable de 11kW (6000rpm 150V avec semble-t-il une réduction primaire). Cette puissance donne accès à cette moto aux pilotes dès 16 ans et c’est un bon argument sachant que l’achat d’un tel véhicule peut s’amortir sur de nombreuses années.

Nous avons été également agréablement surpris par la capacité annoncée de la batterie. Avec 16.6kWh ça augure d’une autonomie plus que correcte, surtout avec la motorisation raisonnable de 11kW (6000rpm 150V avec semble-t-il une réduction primaire). Cette puissance donne accès à cette moto aux pilotes dès 16 ans et c’est un bon argument sachant que l’achat d’un tel véhicule peut s’amortir sur de nombreuses années.

Le controller ainsi que le moteur disposent d’un refroidissement liquide. La transmission repose quant à elle sur une courroie crantée, ce qui est un peu la norme sur les motos électriques pour tous les avantages que l’on connaît.

Au niveau du freinage la moto est dotée de doubles étriers radiaux à l’ avant et d’un étrier plutôt efficace à l’arrière (actionné par le levier gauche du guidon). Ceci est d’autant plus important que la moto ne dispose pas d’un frein moteur important lors de la régénération au freinage. Ce paramètre n’est en outre pas ajustable.

Trois modes de conduite (Eco, City et Sport) sont disponibles via un commutateur au guidon.

Une autre excellente surprise est la présence d’une marche arrière ! C’est vraiment bienvenu et rend toute manœuvre d’une simplicité extrême, même pour les plus petits gabarits.

Un astucieux bouton permet de faire avancer la moto au pas. Ça peut être très pratique pour déplacer la moto dans une zone interdite à la circulation. Cette moto est vraiment bien pensée pour la ville.

Revenons maintenant brièvement sur notre petit essai routier !

La prise en main est très facile et naturelle. Malgré une moto imposante on est tout de suite à l’aise et confortable, elle braque bien, se faufile bien et est très agile!!

La façon dont la puissance est diffusée par l’accélérateur est très agréable, progressive et sans “à coup”. C’est là encore une vraie bonne surprise.

Au niveau des performances autant le dire tout de suite ce n’est pas une hyper sport. Si on la compare avec une ZERO S 11kW 14.4kWh, l’accélération n’est de loin pas aussi bonne, Même si la vitesse de pointe est relativement similaire (135 km/h). 

La moto démarre bien mais ne catapulte pas en revanche Le couple arrive vers 40 km/h et permet des relances très sympa!!!N’oublions pas qu’il s’agit d’un équivalent 125cc et que la moto peut atterrir entre les mains d’un jeune sans expérience et là où la ZERO est clairement surpuissante, l’Alrendo sera à notre avis plus adaptée.

Sur la route le comportement de la Bravo est tout à fait agréable, confortable et sécurisant.

Le centre de gravité est très bas et la puissance de freinage est progressive.

La moto est naturellement dotée d’un ABS et également de l’ESP.

Alrendo annonce 400km d’autonomie pour un usage urbain sans dépasser 50km/h. On peut donc s’attendre à pouvoir facilement couvrir 240km lors d’un usage péri urbain ou sur route cantonale.

Le chargeur intégré de 3.8kW permet de recharger la batterie entièrement en moins de 4h sur une borne type 2.

Il est important de noter qu’Alrendo fournit à l’achat de la moto un câble de charge domestique ainsi qu’ un adaptateur type2/type2.

Nous voyons dans cette moto une offre bienvenue pour démocratiser un peu plus la moto électrique. Annoncée à un tarif européen de 9 090€ (bonus écologique de 900& déduit) ce qui au vu des performances est pour l’heure imbattable.

Les premières motos de démonstration seront, selon Alrendo, livrées d’ici fin juin et disponibles à la vente d’ici fin juillet selon les stocks disponibles. 

Nous nous réjouissons de proposer prochainement cette moto à nos clients. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

FICHE PRODUIT

Read more

PRESENTATION 2021 SUPER SOCO

Les futures motos électriques du constructeur Super Soco se nommeront la Street Hunter et la Wanderer. Super Soco, que l’on ne présente plus, propose déjà une large gamme de motos et de scooters électriques. 

Restez branchés : cet article sera mis à jour au fur et à mesure des informations que nous obtiendrons sur la Super Soco Street Hunter et Wanderer !

Super Soco Street Hunter et Wanderer : ce que l’on sait au mardi 23 février

La présentation de VMoto vient de s’achever. Trois véhicules y ont été présentés : la Super Soco TS Street Hunter, le Super Soco CU Mini et la Super Soco TC Wanderer.

La Super Soco TS Street Hunter

La Street Hunter ouvrit le bal. Avec sa vitesse maximale annoncée de 75 km/h, cette moto électrique sera sans trop de doute distribué en France comme un équivalent 50 cm3, et donc, légalement bridé à 45 km/h. Elle reçoit un moteur de 2500W intégré en roue arrière. Le couple maximal est de 180 Nm. Trois modes de conduite sont présents. La Street Hunter pourra recevoir deux batteries ATL de 60V et 32 Ah. Ses feux et clignotants sont tous LED. Les pneus sont des 17 pouces : 100/80 à l’avant, 120/70 à l’arrière. Elle se voit également dotée d’un port USB.

Le Super Soco CU Mini

Second présenté, le Super Soco CU Mini. Il s’agit d’un (tout) petit scooter urbain. La selle est biplace. Le moteur développe 600W. VMoto annonce une vitesse maximale de 45 km/h. La batterie présente une capacité de 48V et 20 Ah.

La Super Soco TC Wanderer

Puis, vint la Super Soco TC Wanderer. Ses pneus sont plus larges que sur la TC actuelle. Comme la Street Hunter, elle accueille un double compartiment de batterie. Ces dernières pourront fonctionner en parallèle. Son look est nettement plus moderne que celui de la Super Soco TC actuelle. Moins vintage, aussi.

À la fin de la présentation, Super Soco annonça le futur de la marque : un maxi scooter électrique et sportif dont le moteur pourrait atteindre les 7 000 W et présenter une vitesse maximale de 130 km/het 150 kilomètres d’autonomie.  

Revivez la présentation de Super Soco / VMoto

Read more

MARQUAGE VELO

marquage velo

MARQUAGE VELO : DÈS LE 1ER JANVIER 2021, LE MARQUAGE D’UN VÉLO DEVIENT OBLIGATOIRE SOUS CERTAINES CONDITIONS.

Les vélos d’occasion seront également concernés dès l’été 2021 lorsqu’un professionnel du cycle revendra un vélo d’occasion à un particulier.

Ces obligations ne s’appliquent pas aux ventes entre particuliers. Il est néanmoins recommandé de faire marquer son ou ses vélos d’occasion afin de prévenir tout risque de vols.

Toutes les 60 secondes, un vélo d’occasion est volé en France !

Pour être encore plus précis, 500 000 vélos ont été déclarés volés par leur propriétaires en 2016et ce chiffre ne cesse d’augmenter. En outre, tous les vélos volés n’étant pas toujours déclarés, ce chiffre officiel sous-estime l’ampleur du phénomène.

Si la presse, les pouvoirs publics, les professionnels et associations du secteur communiquent activement pour sensibiliser les cyclistes contre les risques de vols et les bons gestes à adopter, l’éducation au risque des vélotafeurs et autres adeptes du VTT d’occasion est loin d’être achevé.

Comme la nature a horreur du vide, des solutions se développent comme et les cyclistes peuvent aujourd’hui souscrire à une assurance vélo ou décider de marquer leur vélo de course d’occasion ou leur vélo hollandais.

FOCUS SUR LE MARQUAGE DE VÉLO

Le marquage de vélo peut revêtir plusieurs formes (gravage, étiquetage ou injection de résine). Il consiste à apposer un numéro unique sur le cadre de votre bicyclette (ou à référencer le numéro de série de votre vélo) et à l’intégrer dans une base de données nationales afin d’identifier facilement un vélo à son propriétaire.

MARQUAGE VELO, POURQUOI?

D’après la Fédération des usagers de la bicyclette, “le marquage antivol à grande échelle a permis, dans d’autres pays européens, de réduire les vols de 30 % et de restituer 40 % des vélos volés à leur propriétaire.

Afin de lutter contre le vol de vélo, dès le 1er janvier 2021, tous les vélos neufs vendus en France devront être marqués, tatoués ou gravés.

Cette obligation s’impose uniquement aux vendeurs professionnels.

En France

Plus de 400 000 vols de vélos sont recensés par an, soit 1/6ème des ventes.
Chaque année, plus de 150 000 vélos retrouvés abandonnés ne peuvent être restitués, faute d’identification, et seulement 2 à 3 % des victimes de  vol récupèrent leur vélo.

Le vol décourage les cyclistes : près de 1/4 renonce à racheter un vélo. Les cyclistes qui rachètent un vélo après un vol se contentent bien souvent d’un vélo d’occasion ou bas de gamme. Globalement, le vol des vélos tire le marché du cycle vers le bas et fait perdre 80 000 cyclistes par an.

Ces conclusions sont extraites de l’enquête de l’IFRESI-CNRS et du bureau d’études Altermodal. Vous pouvez télécharger le rapport final publié en 2003.

La FUB s’est inspirée de ces expériences en choisissant uniquement les procédés les plus fiables. Grâce au système différents systèmes sur le marché  qui repose sur des opérateurs locaux référencés et sur un partenariat avec les forces de l’ordre, 7 à 10 % des vélos marqués sont restitués à leurs propriétaires suite à un vol, alors que seuls 2 à 3 % le sont en absence de marquage.

En Europe

Le marquage de vélos a fait ses preuves dans plusieurs pays européens. Au Danemark et dans plusieurs régions allemandes, grâce au marquage, les chances de récupérer son vélo après un vol peuvent dépasser 40 % ! 

Plusieurs autres pays ont commencé à expérimenter le marquage : Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Finlande, Etats-Unis …

MARQUAGE VELO, COMMENT ?

En effet, le but consiste dans un premier temps à dissuader les voleurs grâce à l’application visible d’un système de marquage du vélo à l’image des panneaux “Chien méchant” placardisés devant certaines maisons ou villas. L’objectif est donc d’abord préventif.

Dans un second temps, ces systèmes de marquage vont vous permettre d’identifier rapidement le propriétaire dans le cas où votre vélo volé aurait été retrouvé par la police ou un particulier. Le second objectif est donc réparatif.

Le cas classiques : vous achetez un vélo d’occasion sur un trocathlon et vous découvrez qu’il a un petit sticker avec un numéro à rallonge. Vous le “googlisez” et vous découvrez que le vélo a été déclaré volépar son propriétaire habitant à quatre patté de maison de chez vous… la galère !

A ce jour, nous a avons répertorié quatre systèmes de marquage ayant chacun ses particularités : Bicycode, ParavolRecobike et Auvray sécurity.

La bonne solution dépendra avant tout de de votre besoin et de votre budget. En revanche, pour vous aider à y voir plus claire entre ces quatre solutions, nous vous proposons ce tableau comparatif des quatre principaux systèmes de marquage du marché.

Comparatif des systèmes de marquage pour vélo

Read more

Le Meilleur Moteur pour le VTT Electrique

test-comparatif moteurs vtt electrique 2021

Quel est le Meilleur Moteur pour le VTT Electrique? Nous avons décidé de nous pencher sur les différents types de moteurs qui équipent aujourd’hui une grande majorité des VTT à assistance électrique. Une liste non exhaustive, certes, mais un tour d’horizon on ne peut plus ciblé sur la tendance actuelle…

Quels sont les caractères de tous ces petits moulins électriques ? Comment se comportent-ils sur le terrain ? Qu’ont-ils dans le ventre ? Et s’il ne fallait en choisir qu’un ?! Éléments de réponses !

Un peu d’histoire…

Si le VTT peut être considéré comme un sport relativement jeune, alors la pratique du VTT à assistance électrique, elle, n’en est encore qu’à ses balbutiements. Car si les premiers VTTAE sont apparus il y a une bonne dizaine d’années, ces modèles avec batterie fixée sur le tube diagonal ou sur le tube de selle et moteur dans la roue arrière n’étaient pas réellement adaptés à la pratique du tout-terrain.

Il faudra attendre en fait le milieu des années 2010 pour qu’apparaissent des systèmes plus cohérents, plus performants, avec le Bosch Performance CX Line et le Yamaha, surtout celui développé en collaboration avec Giant. D’ailleurs, pour beaucoup de pionniers de la discipline dont je fais partie, le premier VTT à assistance électrique digne de ce nom, c’était bien le Giant Full-E tout-suspendu qui est sorti en 2014… Car si le moteur était un peu moins puissant que le Bosch qui équipait les autres précurseurs, comme Moustache, Haibike, Lapierre et Scott, par exemple, son couple impressionnant apportait en revanche un avantage énorme lors d’une utilisation sportive, tout en mettant l’utilisateur novice nettement plus en confiance. Surtout en comparaison du Bosch, dont la puissance délivrée de manière un peu “on/off”, déstabilisait souvent le pilote – dans tous les sens du terme !

On le constate, dès le départ, il y avait donc déjà des caractères différents en fonction de la marque du moteur. Et plus la concurrence s’est enrichie, avec l’arrivée sur le marché de Brose, Shimano, Rocky Mountain ou Panasonic, plus les fabricants de cycles ont eu la possibilité de choisir parmi ces marques pour offrir à leurs vélos à assistance électrique un comportement le plus en phase possible avec leur propre vision de cette nouvelle pratique. Et c’est donc à partir de ce moment-là que le matériel a progressé de manière vraiment significative.

Cependant, il est évident que 2020 représente vraiment une année charnière pour le VTTAE. En effet, de nombreux constructeurs ont choisi ce millésime pour, soit remodeler complètement leur moteur, soit le faire évoluer considérablement. Du coup, ceux qui étaient arrivés un peu plus tard sur le marché et qui avaient pris légèrement de l’avance sur certains points par rapport à la concurrence se retrouvent aujourd’hui rattrapés ou même légèrement dépassés…

Chez VTTAE.fr, nous avons donc pensé que ce début de décennie était le moment idéal pour faire un vrai point sur les principales motorisations que l’on trouve aujourd’hui sur le marché. Sur ce qu’elles apportent de nouveau et, surtout, ce qu’elles donnent sur le terrain. Dis-moi comment tu roules, comment tu aimes pédaler et je te dirai quel moteur il te faut !

Le moteur Bosch C Line CX Performance

  • Poids : 2,790 kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250 watts
  • Assistance maxi : 340%
  • Couple maxi : 75Nm
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Tour, eMTB, Turbo)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 400, 500 ou 625Wh
  • Console : oui (Purion, Kiox)
  • Commande : au pouce gauche (Purion, Kiox)
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Bosch : Cannondale, Trek, Moustache, Lapierre, Haibike, Orbea, Scott, Focus…
  • Pour 2020, Bosch eBike Systems propose un tout nouveau moteur dans sa gamme Performance Line CX. Plus compact (-50 %), plus léger (-25 %), moins bruyant et surtout bénéficiant de beaucoup moins de frictions au niveau des pignons et des roulements qu’auparavant. Parmi les nouveautés, on trouve également un Q Factor (écartement entre les deux manivelles) qui passe de 180 à 175 mm, de meilleurs joints d’étanchéité, ainsi qu’un plateau classique de 34 dents en lieu et place du pignon de 16 dents qui équipait la version précédente.

En revanche, le nouveau millésime bénéficie toujours du concept eMTB, spécialement développé il y a deux ans pour répondre aux attentes de tous les vététistes. Le mode eMTB propose des sensations de pédalage plus naturelles et un support optimal sur tous les types de terrain. En fonction de la force appliquée sur les pédales, l’assistance moteur progressive s’adapte automatiquement pour répondre aux besoins et au style de pédalage de chacun. Il n’y a quasiment plus besoin de changer de mode ou de niveau d’assistance, l’eMTB se charge de tout en effectuant une sorte de mixage entre les modes Tour et Turbo qui distille la puissance de la manière la plus efficace possible. Avec un couple maximum de 75Nm, le moteur optimise la performance du sportif de manière dynamique entre 120% et 340%. Suivant la pression exercée sur les pédales, l’assistance au pédalage s’adapte automatiquement et progressivement au style du pilote. Sans qu’il soit nécessaire de changer de mode, même aux basses cadences de pédalage, le moteur apporte donc quasiment toujours la puissance idéale… Par conséquent, le démarrage dans les côtes est beaucoup plus facile qu’auparavant et il devient nettement plus simple d’évoluer sur les terrains les plus techniques. Le mode eMTB, c’est le plaisir de pédaler sans changer de mode d’assistance. À ce propos, il est possible (via le réseau de magasins uniquement) d’ajuster la puissance du eMTB en choisissant une longueur de manivelles courte ou longue (165 ou 175mm).

Précisons encore que grâce à l’utilisation de carters en magnésium et à une sévère cure d’amaigrissement, le nouveau moteur a perdu plus d’un kilo. Le bloc étant désormais au plus près des organes en mouvement, de petites ailettes ont été ajoutées pour un meilleur refroidissement.

Bosch, c’est aussi un réseau de bornes de recharge qui s’étend régulièrement au fil des années, avec aujourd’hui environ 1500 chargeurs disponibles sur plus de 250 lieux touristiques.Enfin, sur les nouvelles batteries intégrées (PowerTube 500 et 625Wh), on trouve un verrouillage sécurisé plus performant et un système pour les retirer du cadre plus rapidement.

Le moteur Brose Drive S Mag

  • Poids : 2,980kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250 watts
  • Assistance maxi : 400%
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Trail, Sport, Turbo)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 630Wh
  • Consoles : Central, AllRound ou Remote
  • Commande : Brose-Marquardt multifonctions au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Brose :Fantic, Rotwild, BH, Bulls…

Le moteur Brose, c’est d’abord le silence à l’utilisation, l’absence de résistance au pédalagedès que le moteur se coupe au-dessus de 25km/h, mais aussi un couple extraordinaire et une puissance conséquente. Dans sa dernière version, le Brose Drive S Mag est un peu plus compact (-15 %) et a également perdu 500g, grâce, entre autres, à l’utilisation de magnésium pour la fabrication des carters.

C’est le moteur le plus performant de la gamme. Il offre à l’utilisateur sportif une assistance de 400%, tout en proposant une souplesse exceptionnelle dans sa manière de délivrer la puissance, avec le système maison Flex Power Mode. Il s’agit de la combinaison de deux technologies. Le Cadence Power Control (CPC), qui améliore jusqu’à 30% l’assistance à cadence de pédalage élevée et le Progressive Pedal Response (PPR), pour davantage de réactivité du moteur au pédalage. Le taux d’assistance augmente également, passant de 380% sur le Drive S Alu à 400% sur le Drive S Mag. À noter que le nouveau système de fixation du moteur permet également aux fabricants de gagner du poids sur les cadres.

Alors que la marque allemande se limitait jusqu’ici à la simple conception de moteurs pour VTT à assistance électrique, celle-ci se lance désormais dans le développement d’une batterie de 630Wh et d’un ensemble de trois consoles et manettes de différentes tailles. En proposant un “kit” complet aux marques qui lui font déjà confiance, Brose compte bien s’imposer comme l’un des fournisseurs incontournables du VTTAE, attirer d’autres constructeurs et ainsi subtiliser de nouvelles parts de marché à la concurrence.

Le consommateur a désormais le choix, à l’achat ou en après-vente, entre trois systèmes de contrôle et d’informations de sa motorisation. La Display Remote, une commande de sélection des modes d’assistance très simple, connectée au moteur et au smartphone en Bluetooth, la Display Central, le système le plus complet et le plus confortable (l’écran affiche toutes les informations issues de l’utilisation du vélo, vitesse, autonomie, mode d’assistance, éclairage…) et la Display Allround, qui combine les deux principales fonctionnalités des modèles précédents : la discrétion du modèle “Remote” et l’affichage d’informations du modèle “Central”. Cette dernière se résume à une commande de sélection déportée sur le guidon, combinée à un petit écran affichant les principales informations.

Le moteur Brose / Specialized Drive S Mag 2.1

  • Poids : 2,950kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 410%
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Turbo) + Shuttle
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500 ou 700Wh
  • Console : non
  • Commande : +/- au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : oui (Specialized Mission Control)
  • Uniquement monté sur les Specialized

Le moteur Turbo 2.1, spécialement configuré pour le Levo, bénéficie de la technologie RX Trail-tuned. Par rapport au moteur Turbo 1.2, grâce à de nouveaux aimants et à un tout nouveau bloc électronique, il affiche 15% de puissance supplémentaire et un rendement sensiblement supérieur.

Il offre aussi beaucoup d’autres caractéristiques et fonctions inédites, comme un engagement instantané, une meilleure gestion de la chaleur (la première version était assez sensible à la surchauffe), un système à double roue libre qui désengage la transmission lorsque le vélo atteint 25km/h et une assistance douce, silencieuse et régulière, même à la puissance maximale.

Quant à la batterie Turbo 500 ou 700Wh, elle intègre un affichage Trail Display, un module ANT+/Bluetooth avec connectivité Mission Control et une commande de sélection au guidon des trois modes d’assistance (Eco/Trail/Turbo). Notons également que par rapport au modèle précédent, le bouton de mise en marche et l’affichage du niveau de batterie (10 diodes) et celui des modes d’assistance (3 tiers de cercle) ne se situent plus sur le côté du tube principal (pas très pratique pour y jeter un œil), mais sur le dessus du tube supérieur.

De même, le moteur n’est plus inséré par une brèche, mais bel et bien fixé en dessous du cadre. Brose a conçu ce nouveau bloc en magnésium en étroite collaboration avec Specialized et une attention particulière a été apportée sur les points perfectibles soulignés par les utilisateurs. Ainsi, le refroidissement a été amélioré et les composants sensibles à la chaleur ont été déplacés. De même, le couple (90Nm) et l’assistance maxi (410 %) ont progressé de manière notable, plaçant ce nouveau moteur parmi les plus performants du marché.

Enfin, la plage d’utilisation a été optimisée, avec des cadences de pédalage qui vont désormais de 60 à 110 tours minute et permettent ainsi d’en avoir davantage “sous le pied”, quelle que soit la vitesse à laquelle on tourne les jambes et les obstacles que l’on rencontre lors d’une pratique en vrai tout-terrain. Sur le papier, on peut donc dire que le Brose Drive S Mag que l’on trouve sur les Spe est une version optimisée. Et même si le petit moteur allemand conserve évidemment toutes ses qualités, grâce à la collaboration étroite avec la marque américaine, il possède malgré tout quelques belles cartes supplémentaires dans son jeu.

En revanche, côté console et commande, Specialized fait dans l’épuré, voire le minimaliste… Certains en seront ravis, d’autres pourront le regretter. C’est quand même bien pratique de savoir à quelle vitesse on roule et combien de kilomètres on parcourt. Car on a beau être de plus en plus connecté, un smartphone est tout de même mieux dans une poche qu’accroché au guidon d’un VTT ! Sans parler qu’au tarif où sont vendus ces vélos, la moindre des choses serait de disposer au moins d’un petit ordinateur de bord qui vous informe en temps réel…

Le Moteur Fazua Evation 1.0

  • Poids : 3,180kg avec batterie / 1,910kg moteur seul
  • Carters : aluminium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 240%
  • Couple maxi : 60Nm
  • Modes d’assistance : 3 (Breeze, River, Rocket)
  • Poids : 3,180kg avec batterie / 1,910kg moteur seul
  • Carters : aluminium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 240%
  • Couple maxi : 60Nm
  • Modes d’assistance : 3 (Breeze, River, Rocket)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 250Wh
  • Console : non
  • Commande : Fazua +/- avec diodes de couleurs pour l’assistance et le niveau de batterie
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Fazua : Lapierre, Focus…

Le Fazua Evation 1.0 est un système d’assistance légère qui correspond bien à un certain type de pratiquants. L’ensemble batterie/moteur de 3,180kg qui vient se connecter mécaniquement sur le bloc de transmission par l’intermédiaire d’un emmanchement triangulaire est une véritable réussite technique. En tout cas, pour une assistance légère comme celle-ci.

L’inconvénient, c’est que la batterie de 250Wh limite forcément le champ d’action. Du coup, nous ne saurions trop vous conseiller l’achat d’un deuxième accu, qui, avec son petit kilo, peut se loger très facilement dans un sac à dos et permet ainsi de rouler plus longtemps. À ce titre, il est important de souligner que lorsque l’on arrive sur le dernier tiers de la batterie(c’est-à-dire quand on attaque les quatre dernières diodes), le moteur se met en mode “survie” et l’assistance ne fonctionne plus qu’en Eco… Raison de plus pour demander au revendeur chez qui vous achèterez votre e-Zesty de commander une batterie supplémentaire et d’éventuellement vous l’offrir à la place de la petite remise de rigueur. Certains le proposent déjà, alors n’hésitez pas.

Avant l’achat, il suffit juste d’être sûr de soi et d’avoir parfaitement intégré l’état d’esprit que demande ce système. À savoir : pédaler assez fort sans pour autant souffrir en montée et dévaler les pentes comme si l’on était au guidon d’un enduro sans moteur… Une certaine stabilité en plus. Bien sûr, les trois degrés d’assistance (BreezeMode, 125 watts, RiverMode, 250 watts et RocketMode, 400 watts) dispensent une aide au pédalage douce et très progressivequi n’a rien à voir avec la puissance que l’on trouve chez Bosch, Shimano, Yamaha, Rocky Mountain, Panasonic ou Brose… Un peu comme si le maximum d’assistance se situait entre l’Eco et le Tour du Bosch, par exemple. Mais avec 5 kilos de moins qu’un VTTAE normal et un pédalage très proche de celui d’un vélo classique, c’est juste une autre façon plutôt agréable d’envisager le VTT à assistance électrique.

Sans oublier, bien sûr, la possibilité de disposer d’un VTT de type enduro de 15 kilos une fois le bloc moteur/batterie déposé. En effet, l’ensemble batterie/moteur est totalement amovible d’un tour de clé et d’une simple pression sur un petit bouton poussoir situé en dessous de la douille de direction. Ceci permet de gagner 3 kilos et ainsi de pouvoir éventuellement utiliser le vélo de manière classique (poids “nu”de 15,40kg environ). Pour cela, Lapierre et Fazua fournissent une sorte de boîte creuse qui vient combler la cavité laissée par l’absence du bloc d’assistance. Une astuce qui permet à l’acheteur de disposer esthétiquement comme techniquement de deux VTT en un. Bien vu ! Précisons également que la partie mécanique du boîtier de pédalier ne pèse que 1,3 kilo et que celle-ci est censée ne provoquer aucune résistance dès lors que le pédalage se fait sans assistance. Que l’on soit au-dessus des 25km/h, moteur éteint, ou sans moteur du tout, l’idée est donc d’avoir vraiment la sensation d’être sur un vélo non électrique.

Le Moteur Giant / Yamaha Sync Drive Pro

  • Poids : 3,100kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 360 %
  • Couple maxi : 80Nm
  • Modes d’assistance : 6 (Eco, Basic, Active, Sport, Power et SmartAssist)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500Wh
  • Console : non
  • Commande : Ride Control au pouce gauche, avec diodes niveau d’assistance / batterie
  • Application pour réglages moteur : oui (Giant E-Bike)
  • Uniquement monté sur les Giant

Le Giant SyncDrive Pro a été conçu par Giant afin d’offrir un maximum de performance pour une pratique VTTAE engagée et sportive. Le travail sur le moteur a permis non seulement d’en faire l’un des plus puissants actuellement sur le papier, mais en plus de réduire le poids de 380 grammes et le volume général de 13%.

Au final, par rapport au moteur précédent, cela permet une meilleure intégration dans le cadre, de gagner en garde au sol et d’avoir un Q-Factor (distance entre les deux manivelles) qui s’approche des standards actuels que l’on retrouve sur un VTT classique.

Le SyncDrive Pro est un moteur Giant Powered by Yamaha. Cela veut dire que s’il utilise des carters, rotor et stator Yamaha dernière génération, il se différencie des moteurs de la marque japonaise par l’utilisation de pièces Giant censées optimiser la consommation en énergie électrique, la puissance et le rendement – du démarrage jusqu’à la coupure de l’assistance. Un peu ce que réalise Specialized avec Brose. Dans sa construction intérieure, le SyncDrive Pro utilise également un embrayage d’entraînement Giant différent et plus performant que le modèle Yamaha d’origine. De même, la carte mère du moteur a été personnalisée pour travailler avec les autres composants de l’écosystème Giant. Ainsi, la gestion de l’assistance est plus harmonieuse et propose un couple supérieur, tout en régulant les performances du moteur pour éviter une éventuelle surchauffe lors d’une utilisation poussée.

La troisième génération du SyncDrive Pro est plus silencieuse (réduction du bruit de 15%) et dotée d’un sixième mode d’assistance, le SmartAssist, rendu possible par l’intégration de deux capteurs supplémentaires. Les deux premières générations de moteur SyncDrive assuraient déjà une assistance sans à-coups grâce à la technologie PedalPlus 4 qui regroupait simultanément quatre sources d’informations. La nouvelle version prend désormais en compte l’inclinaison du vélo dans la pente et l’analyse de l’accélération au pédalage pour équilibrer couple et vitesse en montée, avec pour objectif de favoriser la traction, mais aussi de créer un mode automatique intelligent, le SmartAssist. L’idée est de se rapprocher de l’utilisation d’un vélo classique par une assistance automatisée et ce, quelle que soit la vitesse, la cadence de pédalage, la force transmise sur les pédales, l’inclinaison et les accélérations/décélérations intempestives que l’on subit régulièrement lors d’une utilisation en vrai tout-terrain.

Le Moteur Panasonic GX Ultimate

  • Poids : 2,900kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 300 %
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Standard, Auto, High)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 630 ou 750Wh
  • Console : Flyer D1 multifonctions (mode et pourcentage d’assistance, vitesse, kilométrage, heure…)
  • Commande : +/- au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Panasonic : Flyer…

Principalement utilisées par la marque Flyer, qui est largement impliquée dans leur développement, les motorisations Panasonic ont passablement évolué en 2020. Si les moteurs X0 et X1 sont toujours au catalogue du motoriste, les GX Power (60Nm) et les GX Ultimate (90Nm) les remplacent désormais peu à peu.

Couplés au système d’intégration et de gestion de l’électronique FIT (Flyer Intelligent Technology), ces moteurs bénéficient désormais de batteries allant jusqu’à 750Wh et de nombreuses fonctionnalités annexes. Avec ses 2,9kg, le Panasonic haut de gamme fait partie des moteurs les plus légers du marché dans sa catégorie. Il fournit 90Nm de couple et jusqu’à 600 watts de puissance en crête. Une assistance, qui, sur le papier encore, s’approche de ce qui se fait de mieux dans le domaine de la motorisation sportive en VTTAE.

La nouvelle unité d’entraînement se démarque par un développement de puissance constant, et ce sur une très large plage de cadences de pédalage. L’assistance reste donc homogènequel que soit le rythme de jambes choisi par le pilote. Du côté de l’écran et de la commande, les éléments développés par Flyer concilient clarté, facilité d’utilisation et excellente ergonomie. À ce titre, l’écran Flyer D1 de 3,5 pouces – proposé de série ou en option selon les modèles – possède toutes les fonctions indispensables que l’on est en droit d’attendre sur ce type de vélo (indication du mode d’assistance, pourcentage d’assistance, autonomie, vitesse, kilométrage, heure…). Quant à la version moins encombrante, le D0, elle nous a semblé déjà largement suffisante. De plus, sa position au-dessus de la potence et les différentes couleurs employées le rendent particulièrement lisible. Dans le même registre, la forme très ergonomique de la commande RC0 nous a donné entière satisfaction. Enfin, si la batterie SIB de 630Wh correspond parfaitement à la tendance actuelle, on pourra tout de même regretter qu’elle ne soit intégrée qu’à moitié…

Le Moteur Rocky Mountain Dyname 3.0

  • Poids : 3,800kg
  • Carters : aluminium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 400 %
  • Couple maxi : 108Nm
  • Modes d’assistance : 3 (vert pour Eco, orange pour Trail et rouge pour Turbo)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500 ou 672Wh
  • Console : non
  • Commande : iWoc TRIO au pouce gauche avec diodes pour mode / niveau de batterie
  • Application pour réglages moteur : oui (eBikeMotion)
  • Uniquement monté sur les Rocky Mountain

Conçu au Canada par une équipe spécialisée dans les moteurs électriques pour vélos de ville depuis presque dix ans, le système d’entraînement et d’assistance Dyname 3.0 est à la fois épuré, léger et puissant. Son moteur compact a permis de concevoir un vélo de montagne électrique à la hauteur des ambitions qu’affiche habituellement Rocky Mountain dans le domaine du VTT classique.

Le concept est censé offrir le meilleur couple de sa catégorie, un fonctionnement très silencieux, une réponse instantanée de l’assistance et un temps de recharge ultrarapide de 80% en seulement deux heures. En même temps, quand on sait que la batterie n’est pas démontable sans déposer le moteur, c’est bien la moindre des choses !

Afin d’avoir un centre de gravité le plus près possible du sol et des bases très courtes, le boîtier de pédalier a été intégré au cadre plutôt qu’au moteur, ce qui permet au bloc d’être un peu moins encombrant et d’être ainsi plus facile à placer au meilleur endroit. Celui-ci est un modèle triphasé, sans balais, à haute efficacité et qui produit un couple particulièrement impressionnant.

Toujours dans le même souci de performance, pour obtenir une réponse en puissance instantanée dès le moindre appui sur la pédale, le capteur de couple a été positionné entre le plateau et l’engrenage d’entraînement, alors que la batterie de 48 volts et de 672Wh permet une recharge ultrarapide tout en offrant une autonomie comparable, voire supérieure à celle de la concurrence.

La mise en route, le choix des trois modes d’assistance et l’aide à la marche se font à l’aide d’une simple télécommande à la main gauche, la iWoc, sur laquelle se trouvent aussi un outil de diagnostic et des diodes qui indiquent le niveau d’assistance et de charge de la batterie… Enfin, si l’on peut éventuellement regretter l’absence d’un écran au guidon, il est bon de préciser qu’une application mobile optionnelle, eBikeMotion (IOS et Android) avec connexion Bluetooth, propose toutes sortes de fonctions de personnalisation, de réglages, d’estimation de l’autonomie et de suivi des parcours.

Le Moteur Shimano Steps E8000

  • Poids : 2,650kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 300 %
  • Couple maxi : 70Nm
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500 ou 620Wh
  • Console : écran mini (vitesses, heure, kilomètres parcourus, fonctions), plus affichage de couleur (bleu, vert, jaune) selon le mode d’assistance
  • Commande : Firebolt au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : oui (E-Tube)
  • Principales marques équipées par Shimano : BMC, GT, Commençal, Canyon, Merida, YT, Kona, Norco, Intense, Sunn…

Aujourd’hui, les pratiquants exigent d’un VTTAE un comportement agile, une accélération réactive et une bonne maniabilité à basse vitesse. Le Shimano Steps E8000 a donc été conçu spécialement pour les besoins de ces vététistes. On note d’ailleurs que même si l’on peut le considérer comme étant en fin de carrière, le millésime 2020 du Steps E8000 reste encore quasiment le moteur le plus léger et le plus compact du marché. Celui aussi qui permet aux marques de moins se creuser la tête lors de la conception d’un châssis sain, maniable et efficace.

Afin de garantir des sensations de pilotage les plus naturelles possible, la programmation du micro logiciel est censée faire en sorte que le pilote puisse bénéficier du niveau idéal d’assistance électrique au moment exact où il en a besoin. Inversement, il désactive immédiatement l’assistance quand celle-ci n’est plus nécessaire. C’est notamment le cas lorsque la vitesse dépasse 25km/h. Le pédalage est alors supposé rester fluide et sans à-coups. L’activation de l’assistance du Steps E8000 se fait donc de manière extrêmement naturelle. Si vous vous mettez à pédaler rapidement, la puissance du moteur vient compléter la vôtre. Lorsque la cadence de pédalage diminue, l’assistance électrique fournit du couple pour vous aider à franchir les côtes les plus raides et les plus techniques.

Désormais, les manettes inspirées de celles du système Di2 électronique ont laissé leur place à une simple commande double fonction (+/-) plus ergonomique et moins exposée. Quant à l’écran couleur LCD de taille réduite, il permet néanmoins de lire les informations très facilement et sa position sur l’arrière du cintre le protège parfaitement des chocs éventuels.

Sur chaque rapport, la programmation du micro logiciel contrôle le niveau d’assistance requis en fonction de la vitesse, du couple et de la cadence de pédalage. Enfin, pour tirer parti d’une utilisation optimale de la puissance fournie par la batterie et d’une assistance la plus réactive possible, Shimano propose trois modes d’assistance seulement : Eco, Trail et Boost. Ceux-ci sont programmables grâce à l’application Shimano E-Tube. Il est ainsi possible de customiser son assistance en donnant plus ou moins d’énergie à chaque mode. Reste plus qu’à savoir si le comportement en action correspond à celui que le motoriste nous a vendu.

And the winner is…

Si l’on fait le tour de tous les points importants qui concernent la motorisation, il est indéniable que le Brose version Specialized vire clairement en tête.

Il est suivi du Rocky Mountain Dyname 3.0, ex-æquo avec le Bosch Performance Line CX.

A peine plus loin, en dépit de leurs styles différents, il est difficile de départager le Brose Drive S Mag classique qui équipe le Fantic, le Giant Yamaha SyncDrive Pro et le Panasonic GX Ultimate, qui représente une vraie surprise et peut être considéré comme le coup de cœur de ce comparatif.

Un peu dépassé sur pas mal de points, le Shimano E8000 ferme la marche… derrière son petit frère le E7000 !

Enfin, le Fazua Evation 1.0 évoluant dans une autre dimension et étant le seul dans sa catégorie, vous comprendrez qu’il est impossible de le comparer aux autres modèles de cet essai.

Read more

LA GAMME 2021 DE NEOMOUV

Neomouv : la deuxième marque de vélos électriques en France

Cette marque française et familiale est spécialisée depuis 2003 dans la vente de vélos électriques milieu de gamme.

En 2016, ses ventes ont progressé de 60% par rapport à 2015 pour atteindre le chiffre symbolique de 10 000 vélos électriques vendus. En 2020 le chiffre des ventes double pour atteindre 20 000 vélos vendus.

Elle est la deuxième marque sur le marché du VAE en France. La marque a la volonté de monter en gamme progressivement sans délaissé le milieu de gamme. Certains de ces modèles disposent des derniers moteurs Shimano ou Brose. Neomouv a même depuis quelques années développé son propre moteur NEOASSIST et en 2021 ce moteur dernière génération promet bien dès progrès : 80 Nm de couple, silencieux, puissance et moins chères que les grandes marques concurrentes.

Son site de La Flèche lui permet de concevoir, stocker, assembler et assurer le service après-vente. Sa grande capacité de stockage lui permet d’être réactive dans la disponibilité de ses produits et dans le traitement du service après-vente car elle dispose d’un stock important de pièces détachées. Cette surface sera encore étendue pour suivre la croissance de la marque.

Neomouv, une entreprise française qui s’étend en Europe.

Le cap est d’ailleurs mis sur les pays européens voisins, comme l’Espagne, le Portugal mais aussi la Belgique, la Suisse et l’Angleterre. En 2014, une filiale en Espagne voit le jour « Neomouv Iberica » avec des grands locaux à Vitoria (au nord). Neomouv est aussi présent au Portugal, en Irlande, à Chypre et au Canada.

La technologie des vélos électriques Neomouv

La philosophie de son Dirigeant Philippe Vaxelaire : « Renforcer le partenariat avec le réseau de nos revendeurs, proposer des produits toujours au prix juste et soigner le design sont les principaux atouts de notre réussite ».
Neomouv conçoit elle-même ses vélos électriques de A à Z grâce à son bureau d’études. La partie électrique reste le point primordial. La marque a décidé de s’appuyer sur des références dans le domaine comme Panasonic, Samsung et Brose. Neomouv teste tous les modèles selon la norme EN 15194, au CRITT de Châtellerault.

Présentation en détail de toute la gamme de vélos électriques Néomouv 2021

LINARIA 2021 : à partir de 1499€

Peu de changement pour le linaria, vélo d’entrée de gamme de la marque, qui change de couleur pour proposer des couleurs toujours très originales. Concurrent direct des 02Feel VOG CITY ORIGIN 2.1 (disposant d’une plus petite batterie de 400Wh pour de petit trajet), Gitane ORGAN’e-BIKE (disposant d’une batterie de 300Wh ou 400Wh pour de faible parcours) ou encore le Peugeot eLC01 26″ Lire le test complet

FACELIA 2021 : à partir de 1579€

Peu de changement également pour le Facelia, le vélo 24 pouces de la marque.

Difficile de faire mieux mais la concurrence comme le PEUGEOT ELC01 ELEGEND 24″ dispose d’une batterie de 400Wh pour de tout petit trajet

CARLINA 2021 : à partir de 1 579€

Le Carlina, best seller de la marque se décline toujours en 3 versions, freins à patins, freins à disques et dérailleur Nexus 7 (dérailleur intégré supprimant les déraillement et acceptant les changement de vitesse à l’arrêt)

PLIMOA 2021 : à partir de 1 579€

Le plimoa 2021 se distingue par sa facilité de pliage et son encombrement optimisé par rapport à la version 2020.

KALYSO 2021 : à partir de 2 119€

Désormais disponible en 3 versions comme le Carlina (freins à patins, freins à disques et dérailleur intégré nexus 7). La révolution 2021, l’intégration du Nouveau moteur de la Marque Neomouv le Neoassist 2021 avec ses 80 Nm de couple!!

FURTIVOO 2021 : 1 899€

Le modèle préféré des livreurs Uber Eats, Deliveroo et autre Plateforme de livraison. Il est aussi adopté par les amateurs de Fixie

DRIVE 2021 : à partir de 2 029€

Dôté d’une transmission par cardans. Les vélos à cardans nécessitent moins d’entretien qu’un vélo avec une chaîne, car ils sont à l’abri de l’eau et de la poussière. Il suffit de réaliser une vidange régulièrement afin de changer l’huile. Avec un vélo à cardan, dîtes adieu aux pantalons sales et dîtes bonjour à la jalousie de vos collègues cyclistes. Aussi, l’un des plus gros avantages de ce système est qu’il est très silencieux, permettant alors d’oublier l’assistance et de retrouver les sensations d’être sur un vélo traditionnel.

MATCHA 2021 : à partir de 2 469€

Nouveau modèle de la marque, il se distingue par sa batterie entièrement intégrée ainsi que par son moteur Neoassist développant 80 Nm de couple.

EFOLDING 2021 : 1 719€

Encore une nouveauté 2021 plus compact et léger que le Plimoa, il vous séduira par sa taille de guêpe et ses roulettes de transport en position pliée.

NOVA 2021 : à partir de 1 599€

Rien ne change pour le Nova 202. Il reste le vélo idéal pour les fan de vélo Fitness mais aussi grâce à son enjambement réduit pour un Trekking.

NOVA V 2021 : à partir de 2 519€

La marque Neomouv ne s’arrête plus avec les nouveautés en 2021. Le Nova V est un vélo Trekking / Fitness disposant d’une batterie intégrée et du moteur Neoassist 2021 dévellopant pas moins de 80 Nm de couple!!

Il est également disponible en version moteur Shimano de 60Nm de couple :

MOUNTAIN 2021 : à partir de 1 599€

Grande surprise de 2020, le Mountain à beaucoup séduit et continuera sûrement de plaire en 2021 avec sa batterie intégrée et son petit prix.

MOUNTAIN V 2021 : à partir de 2 519€

Nouveauté 2021 au même titre que le Nova V, Neomouv nous propose un Trekking avec batterie intégrée et moteur de 80Nm Neoassist signé Neomouv.

Il est décliné comme le Nova S en Moutain S, disposant du moteur Shimano de 60Nm.

CRONOS 2021 : 1 789€

La livrée 2021 du Cronos n’est pas une révolution technique mais artistique avec ses nouvelles couleurs très sympa.

ENARA 2021 : à partir de 2 210€

Aucun changement pour le modèle 2021 si ce n’est la décoration. Il reste proposé à un prix réduit compte tenu de ses qualités avec le moteur Neoassist ancienne génération de la marque disposant de 70 Nm de couple.

ENARA V 2021 : à partir de 2 569€

Encore une belle surprise pour 2021 avec ce jolie cross country avec batterie intégrée et disposant du moteur Neoassist 2021 de 80Nm de couple.

Il est également proposé en version moteur Shimano de 60 Nm de couple.

BRICKS 2021 : 3 999€

Neomouv nous avait surpris au lancement de son VTT tout suspendu. Une belle réussite pour ce premier modèle tout suspendu de la marque Française. Test complet ici

Disponible avec des décorations d’artiste il séduira les personnes à la recherche d’un vit permettant tout les terrains et les difficultés avec un design unique.

Le bricks se place entre les géants du secteur que sont les

Focus sur le nouveau moteur Neoassist 2021 de Neomouv

Face aux leaders du marché il ne rougit pas

Les concurrents sont :

Le moteur Bosch C Line CX Performance

  • Poids : 2,790 kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250 watts
  • Assistance maxi : 340%
  • Couple maxi : 75Nm
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Tour, eMTB, Turbo)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 400, 500 ou 625Wh
  • Console : oui (Purion, Kiox)
  • Commande : au pouce gauche (Purion, Kiox)
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Bosch : Cannondale, Trek, Moustache, Lapierre, Haibike, Orbea, Scott, Focus…

Le moteur Brose Drive S Mag

  • Poids : 2,980kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250 watts
  • Assistance maxi : 400%
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Trail, Sport, Turbo)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 630Wh
  • Consoles : Central, AllRound ou Remote
  • Commande : Brose-Marquardt multifonctions au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Brose :Fantic, Rotwild, BH, Bulls…

Le moteur Brose / Specialized Drive S Mag 2.1

  • Poids : 2,950kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 410%
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Turbo) + Shuttle
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500 ou 700Wh
  • Console : non
  • Commande : +/- au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : oui (Specialized Mission Control)
  • Uniquement monté sur les Specialized

Le Moteur Fazua Evation 1.0

  • Poids : 2,950kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 410%
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Turbo) + Shuttle
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500 ou 700Wh
  • Console : non
  • Commande : +/- au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : oui (Specialized Mission Control)
  • Uniquement monté sur les Specialized

Le Moteur Giant / Yamaha Sync Drive Pro

  • Poids : 3,100kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 360 %
  • Couple maxi : 80Nm
  • Modes d’assistance : 6 (Eco, Basic, Active, Sport, Power et SmartAssist)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 500Wh
  • Console : non
  • Commande : Ride Control au pouce gauche, avec diodes niveau d’assistance / batterie
  • Application pour réglages moteur : oui (Giant E-Bike)
  • Uniquement monté sur les Giant

Le Moteur Panasonic GX Ultimate

  • Poids : 2,900kg
  • Carters : magnésium
  • Puissance : 250Wh
  • Assistance maxi : 300 %
  • Couple maxi : 90Nm
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Standard, Auto, High)
  • Assistance à la marche : oui
  • Batterie de 630 ou 750Wh
  • Console : Flyer D1 multifonctions (mode et pourcentage d’assistance, vitesse, kilométrage, heure…)
  • Commande : +/- au pouce gauche
  • Application pour réglages moteur : non
  • Principales marques équipées par Panasonic : Flyer…
Read more

Les Motos et Scooters électriques peuvent désormais circuler sur certaines voies réservées

Les deux-roues, trois roues et quadricycles à moteur électrique ou à hydrogène sont désormais considérés comme des véhicules à très faibles émissions (VTFE). Ces motos et scooters propres bénéficient ainsi de conditions de circulation et de stationnement privilégiées. Un décret paru au Journal officiel le 20 novembre 2020 élargit la liste des véhicules de moins de 3,5 tonnes à très faibles émissions.

Les véhicules à moteur à deux ou trois roues ou les quadricycles à moteur sont considérés comme étant à très faibles émissions si leur source d’énergie est l’électricité, ou l’hydrogène, ou une combinaison hydrogène-électricité, ou enfin l’air comprimé.

Munis de la vignette  « Crit’air », ces véhicules peuvent désormais circuler sur les voies réservées à la circulation des véhicules de transport en commun, des taxis, des véhicules de covoiturage et des véhicules à très faibles émissions.

Par ailleurs, les entreprises gérant plus de 100 cyclomoteurs et motocyclettes légères de puissance maximale supérieure ou égale à 1 kilowatt doivent incorporer une proportion minimale de tels véhicules lors du renouvellement de leur parc.

La possibilité de réserver une voie publique pour faciliter la circulation des véhicules de transport en commun, des taxis, des véhicules de covoiturage et des véhicules à très faibles émissions a été prévue par la loi d’orientation des mobilités (LOM) de décembre 2019.

Textes de référence

Et aussi

Pour en savoir plus

Bonsoir à tous,
Pour compléter l’information sur l’autorisation d’utiliser des voies réservées :
⚠️ Message important concernant la circulation sur voies de bus en 2RM électrique ⚠️

Pour qu’il n’y ait pas de confusion, petit rappel :

La décision d’autoriser les 2-roues électriques est entièrement de la décision des collectivités. Cela pourra donc varier d’une ville à une autre.

Article L411-8 du Code de la Route :
L’autorité investie du pouvoir de police de la circulation peut, eu égard aux nécessités de la circulation ou de la protection de l’environnement, réglementer, de façon temporaire, notamment à certaines heures, ou de façon permanente, la circulation sur la voie publique du réseau routier national ou du réseau routier départemental hors agglomération.

Elle peut notamment réserver une partie de la voie publique pour en faire une voie de circulation destinée à faciliter la circulation des véhicules de transport en commun, des taxis, des véhicules transportant un nombre minimal d’occupants notamment dans le cadre du covoiturage au sens de l’article L. 3132-1 du code des transports ou des véhicules à très faibles émissions au sens de l’article L. 318-1 du présent code.

Pour des raisons liées aux conditions de circulation et à la sécurité routière, elle peut ne pas autoriser la circulation sur ces emplacements réservés des véhicules de transport de marchandises de plus de 3,5 tonnes même s’ils répondent aux conditions du deuxième alinéa du présent article.

Tout est dans “l’autorité investie du pouvoir de police de la circulation” et “Elle peut notamment réserver une partie de la voie”.

Rien d’automatique donc, même si vous présentez l’article du Code la Route, vous serez verbalisé si la collectivité en charge n’a pas autorisé les 2RM électriques à emprunter les voies de bus.

Attendons donc de voir comment va réagir la Métropole de Montpellier. Nous avons envoyé cet article à Monsieur Manu Reynaud Adjoint au Maire délégué aux Mobilités pour connaître les positions de la municipalité. Nous vous ferons savoir leur réponse.

Read more